Une SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) est une société de gestion et d’investissement immobilier locatif dont les capitaux proviennent d’investisseurs particuliers souhaitant faire fructifier leurs épargnes afin de leur assurer un revenu annuel confortable sans avoir à gérer quoi que ce soit. Néanmoins, les risques sont bien réels lorsqu’il s’agit d’investissement immobilier et ce, même en SCPI. Voyons ainsi ces risques qui pèsent sur les investissements en SCPI.

Le Marché de l’immobilier

Le marché de l’immobilier dépend de la conjoncture et nul ne peut contrôler cet aspect vacillant de l’économie. Il se peut ainsi qu’à cause d’une crise, comme la dernière crise immobilière, les logements ou les locaux mis en location soient peu ou pas du tout occupés. Ce faible taux d’occupation influe néanmoins sur les rendements et les revenus d’une SCPI. Outre ce faible taux de remplissage, si l’on devait relouer voire vendre les biens immobiliers faute d’occupation, en temps de crise, leur prix serait dérisoire.

Les risques de faillite

Les risques de défaillance d’une SCPI sont bien réels. En effet, il se peut qu’une SCPI déclare faillite et dépose le bilan au bout de quelques années d’activité seulement. Dans ce cas, la loi a prévu un transfert de gestion auprès d’une autre structure agréée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

La fiscalité des SCPI

La fiscalité en SCPI est un facteur de risque bien réel. En effet, les dividendes perçus par les actionnaires sont soumis à l’impôt sur le revenu. La fiscalité est toutefois hors de contrôle et il se peut que les prélèvements sociaux soient soumis à une majoration importante à cause d’un redressement fiscal ou au cours d’une majoration générale des revenus et des cotisations sociales. Si cela se produit, les actionnaires ne pourront alors que se soumettre aux mesures fiscales imposées par l’administration.

Les frais en SCPI

Il faut savoir qu’une SCPI perçoit des frais pour pouvoir fonctionner. Ainsi, des frais d’entrée allant de 8 à 12% du montant investi sont perçus dès le dépôt des actions auprès d’une SCPI. Et ce n’est pas tout car des frais de gestion de 10% hors taxe sont également prélevés chaque année. De plus, si l’actionnaire investit sous forme d’assurance-vie, des frais peuvent encore être perçus par l’assureur.

La liquidité des SCPI

Les sociétés de gestion que sont les SCPI ne garantissent pas la liquidité des investissements de leurs actionnaires. Il faut ainsi généralement attendre quelques mois avant de pouvoir céder ses parts en SCPI et avant de trouver des acheteurs vu que la société ne peut se déclarer acquéreur à chaque cession de part. D’ailleurs, toutes les SCPI n’ont pas le même profil en matière de liquidité.